Ecole David-Régnier--Paul-Fort de Verrières-le-Buisson (Essonne)

LA SELECTION DU LIVRE ELU : LE LIVRE EST LU. Année 2017

Le livre est lu - Le livre élu 2016
Interview par Skype d'une auteure : Sandrine BEAU

Le 21 juin2016, les élèves de CM1 ont interviewé l'auteure Sandrine BEAU qui venait d'être élue comme leur auteure préférée en 2016 pour son livre «Toute seule dans la nuit».
Elle a répondu avec beaucoup d'enthousiasme aux questions des élèves. Lisez ses réponses et les réactions des élèves

A relire également, les avis des élèves de CM1 sur le livre "Toute seule dans la nuit" de Sandrine Beau.

Le livre est lu - Le livre élu 2016 des CM2
Interview d'un auteur : Jean-Christophe TIXIER

Le 17 juin2016, les élèves de CM2 ont accueilli dans notre école l'auteur Jean-Christophe TIXIER qui venait d'être élu comme leur auteur préféré en 2016 pour son livre « Dix minutes à perdre ».
Il a répondu à une trentaine de questions et ses réponses ont passionné les élèves.

Cliquez ici pour lire l'interview d'un auteur d'aujourd'hui


Palmarès des LIVRES ELUS 2016


LA SELECTION DU LIVRE ELU : LE LIVRE EST LU. Année 2016


Palmarès des LIVRES ELUS 2015


LA SELECTION DU LIVRE ELU : LE LIVRE EST LU. Année 2015


Palmarès des LIVRES ELUS 2014


LA SELECTION DU LIVRE ELU : LE LIVRE EST LU. Année 2014


Palmarès des LIVRES ELUS 2013


LA SELECTION DU LIVRE ELU : LE LIVRE EST LU. Année 2013


Palmarès des LIVRES ELUS 2012


LA SELECTION DU LIVRE ELU : LE LIVRE EST LU. Année 2012


Palmarès des LIVRES ELUS 2011


LE LIVRE ELU : LE LIVRE EST LU. Année 2011


Palmarès des LIVRES ELUS 2010


Année 2010-2011. Classe de CM2A de Mme Beaufils
Les moments importants d'Akavak émergent de l'argile...

En partenariat avec la Bibliothèque municipale Malraux et les écoles élémentaires de Verrières-le-Buisson, les élèves de CE2, CM1 et CM2 ont élu leurs livres préférés pour l'année 2010. Le palmarès a été proclamé le vendredi 7 mai 2010. 


Palmarès des LIVRES ELUS 2007 - 2008 - 2009

.........................................................................................





Travail réalisé par les élèves dans le cadre du 10e anniversaire
du prix Vedrarias d'octobre à décembre 2008


Atelier d'écriture animé par Fabienne Jacob, écrivain.
Chantal Beaufils, professeur de la classe.

LES NOUVELLES des CM2 A



Le soir d'Halloween
L’ombre effrayante
La lumière qui fait peur
Une peur en forme de huit
Le loup-garou somnambule
J’aime pas les animaux !
Oh là là, j’ai peur
La convocation
La ville dans le noir
Le minus
Le crime impossible
Orage, chewing-gum et chat mouillé
L'agité du bocal
Le camping de l’épouvante
Méfions-nous des mercredis
Bain de minuit
La peur bleue
Dans l'avion
Vendredi 13, jour de malheur
La serrure
Un cri terrifiant
Le garage de l'horreur
Le fantôme du TGV
La forêt bruyante
Peur pour rien
La peur idiote
L'homme à la hache
Le soir d'Halloween

J'étais une fois de plus toute seule.

Papa et maman étaient partis chez des amis et mon frère était chez un copain. C'était le soir d'Halloween et il faisait complètement nuit. Il y avait du vent et il pleuvait.

La sonnette a retenti, j'ai ouvert la porte, les jambes tremblantes mais ... personne ! Je me suis dépêchée de refermer la porte tellement il faisait froid. Puis j'ai entendu la porte de ma chambre claquer mais je me suis dit que ça devait être mon chien.

Je l'ai appelé ... rien ! Il devait seulement être sorti. Alors, des frissons ont parcouru mon corps du haut en bas. J'ai grimpé les escaliers, les jambes chancelantes, je suis allée dans ma chambre quand tout à coup, en sursaut j'ai entendu :

<< Il est 7 heures, tout le monde debout ! ».

Adeline

Retour aux titres

L’ombre effrayante

C'est le soir, je vais me coucher dans ma chambre, je suis fatiguée. Soudain j’entends un bruit de grincement, c’est dans l’escalier !

J’ai peur, mon cœur bat à toute vitesse et je vois une ombre.

Je me cache sous la couette. Le plancher de ma chambre grince, j’ai peur, je suis en sueur.

J’ai des frissons. L’ombre se rapproche. Je sens de l’air. J’ai envie de crier, mais je me retiens. Soudain… une main froide me touche le visage. Je tremble et j’entends : « Bonne nuit mon amour ».

C’était ma maman qui venait me dire bonne nuit et je me suis endormie.

Agathe

Retour aux titres

La lumière qui fait peur

La nuit, à une heure du matin, papa et maman sont encore au restaurant.

Je me rends compte que la lumière du portail est allumée. Je vais dans la chambre de ma sœur. Elle dort. Enfin, elle arrive à dormir, car moi je ne peux pas, j’ai trop peur !

J’ai peur que ce soit un voleur qui ait déclenché la lumière car à chaque fois que quelqu’un passe, elle s’allume. Je cours me réfugier dans la salle de bains où je m’enferme à clef.

Ma sœur, qui m'a entendue, me demande ce qui me prend. Je lui dis que j’ai entendu un bruit dehors et que la lumière est allumée. Ma sœur m’avoue qu'elle aussi a eu peur de la lumière du portail. Mon frère arrive. On lui dit pourquoi on est là.

Il nous rassure, ce sont juste des gens qui sont passés un peu trop près du portail !

Anna

Retour aux titres

Une peur en forme de huit

J’ai le vertige, je tombe de ma voiture, je pense que je vais mourir.

J’ai l’impression que je suis dans une voiture décapotable et qu’on a eu un accident : on est sorti de la route !

Puis j’ai grimpé sur une colline à 300 km à l’heure et la voiture s’est retournée ...

J’entends tout en bas mes parents qui s’affolent et qui hurlent.

Je sens le vent sur mon visage, mon cœur bat très fort. J’entends une grosse voix qui dit « attention ça va aller encore plus vite ». J’ai le sentiment de voler dans les airs...

En fait, je suis simplement sur le grand huit de la fête !

Armand

Retour aux titres

Le loup-garou somnambule

Il est minuit, c'est la pleine lune, mes volets sont fermés. Il fait noir ! Quand soudain, je distingue une ombre géante qui arrive vers moi.

J'en suis sûr, c'est un loup-garou, comme dans le film d'hier soir. Il est venu parce qu'aujourd'hui au zoo j'ai jeté un caillou sur un loup et il veut se venger. Il s'approche. Je transpire, mon cœur bat à 100 à l'heure et j'aurais bien aimé que mon père soit là pour me défendre.

Tout à coup je prends mon courage à deux mains. Je regarde le monstre en face et m'aperçois que je connais bien ce visage :

C'est celui de mon père qui est somnambule !

Aurèle

Retour aux titres

J’aime pas les animaux !

Ce soir, mes parents sont partis au cinéma.

J’ai pensé que ce serait une bonne idée de nous installer (mon frère et moi) dans une chambre près de celle des parents. Je vais donc m'installer dans la même chambre que mon frère et dans le même lit faute de place dans cette pièce.

Mon frère dort profondément. Je me demande comment il fait, moi je ne peux pas : je n’aime pas cette maison car les planchers craquent.

J’entends des pas qui se dirigent vers la cuisine qui est au bout du couloir. J’écoute intensément. Voilà que j’entends aussi des chats miauler et cracher ce qui est inhabituel
« Oh mon Dieu !»

J’entends que ce monstre prend un couteau sûrement pour me tuer dans d’atroces souffrances.

J’ai de plus en plus peur car il me semble que ce monstre arrive par là … Je suis tétanisée !!! Je me dis que je dois aller me cacher mais je suis trop terrorisée pour bouger. Je ressens un courant glacé dans le dos, j’ai l’estomac noué, je me ronge les sangs. J’éprouve une vraie frayeur !!!

Mais revenons au « monstre » !

Il est sans doute devant la porte des parents. J’y vois son ombre car la chambre des parents est toujours allumée. C’est une ombre horrible. Le monstre a une tête de chat mais un corps d’humain, il se rapproche et j’essaie de réveiller mes voisins en hurlant mais à la place du monstre horrible que j’imaginais mon frère apparaît dans l’encadrement de la porte et me demande pourquoi je crie. Quand je le vois je me sens plus rassurée.

Mais ... si mon frère est devant moi, qui était avec moi dans le lit alors ?

C’était l’horrible, l'infâme, l'ignoble et sale Gridfus ... mon chien !

Céline

Retour aux titres

Oh là là, j’ai peur

Je suis dans mon lit, je joue à la PSP puis je regarde la télé.

Soudain j'entends du bruit et je sursaute. Je descends de mon lit et je vais dans la cuisine pour aller chercher des pop-corn. Là, j’entends du bruit : griiii griii.

Je vais dans la salle à manger.

Je me dis que se sont des voleurs qui viennent me prendre ma PSP et ma DS. Oh non ! Ils vont prendre la moto de mon père dans le garage. J’ai de plus en plus peur. J’ai la chair de poule.

Soudain je regarde la télé et je vois qu’elle est toujours allumée !

C'était donc elle qui m’avait fait peur.

Dylan

Retour aux titres

La convocation

Nous sommes vendredi 17 octobre, je suis en colonie, cette nuit il y a eu un très gros orage et je n'ai pas très bien dormi.

Soudain la directrice de la colonie m’appelle, je me demande pourquoi on me demande de venir, moi, et pourquoi pas quelqu'un d’autre. Je me dis que c’est grave si je suis la seule. Et si mes parents avaient eu un accident ?

J’entre dans le bureau de la directrice. Je lui trouve un air très sombre.

Puis j’entends des voix comploter. Je me dis que les animateurs ne veulent pas me dire la mauvaise nouvelle parce qu’ils ont pitié de moi. Je m’approche de la directrice le cœur battant, les jambes tremblantes, la chair de poule. La directrice me tend une lettre. C’est bon, cette fois c’est sûr : mes parents ont eu un accident. J’ouvre la lettre les larmes aux yeux et je lis : « Bon anniversaire Éliane ! 10 ans, ça se fête !!! »

Dire que j’ai eu si peur alors qu’il ne s’agissait que de mon anniversaire !

Éliane

Retour aux titres

La ville dans le noir

M. Brancouchard rentre du travail et il prend le taxi pour aller chez lui.

Dans le taxi il entend un bruit de bombe à retardement.

Il demande au chauffeur ce qu'est ce bruit ? Le chauffeur lui répond qu'il n'entend rien. Il pense qu'il devient fou et qu'il doit consulter un médecin... Soudain toutes les lumières de la ville s'éteignent. Il pense que les extraterrestres vont débarquer et que c'est la fin.

Il court chez lui et entend de nouveau le bruit étrange.

Il demande à sa femme qui lui répond qu'elle n'entend rien à part la musique de la radio.

Le lendemain en lisant les journaux il apprend que c'était la plus grosse panne d'électricité depuis 1915.

Gaby

Retour aux titres

Le minus

Il est 17 heures et je viens de terminer l’école. Je rentre chez moi et, après avoir joué aux jeux vidéo, je vais me coucher.

C’est le matin, je vais prendre mon petit déjeuner, je vois une table géante, les cornflakes géants. Je me rends compte que j’ai rétréci.

Je suis minuscule et personne ne me voit.

J’ai mal au ventre, des gouttes de sueur tombent sur mon front.

Des grands visages avec de grandes dents dansent autour de moi.

Une énorme chaussure vient vers moi, elle va m’écraser, je vais mourir c’est la fin, adieu.

La chaussure m’écrase je pousse un hurlement !

Ouf ! ce n’était qu’un rêve, il est 3 heures du matin, je peux encore dormir.

Ilona

Retour aux titres

Le crime impossible

Je suis en train de regarder un film d'horreur quand j'entends un cri puis un bruit de moteur.

Je m'inquiète. Je prends mon courage à deux mains et descends dans le salon. Je suis soulagé c'est la télé qui est restée allumée. Mais deux choses m'inquiètent : le bruit de moteur et les taches rouges sur le canapé.

Peu de temps après je me suis souvenu que les taches sur le canapé, ce n'est que du ketchup que j'ai renversé et le moteur que j'avais entendu est celui de la voisine qui part à son travail à cette heure.

Jaurès

Retour aux titres

Orage, chewing-gum et chat mouillé

Mes parents vont partir chez des amis.

Maxence, mon frère, et moi devons rester seuls à la maison. Je prépare mes affaires car trouillard comme je connais mon frère, ça va mal se passer si je ne fais rien !

Ça y est. Mes parents sont partis. Je mets la cassette que mes parents m'ont offerte. C'est parti. Le quart du film est passé. "Haa !!!" J'entends un gros bruit. Je n'ai pas peur je sais que c'est mon frère qui est effrayé par l'orage ! Je lui donne un chewing-gum. Plus tard j'entends un autre bruit : "Miaou !!!". Ce n'est pas mon frère qui veut me faire peur : c'est bizarre ! J'ai peur, c'est peut être ma chatte qui se fait tuer !

Ensuite, le film est bientôt fini "Plouf !!!" Elle s'est peut-être noyée !

Le film est fini, je monte les escaliers toute tremblante. J'imagine déjà ce qui est arrivée à ma pauvre chatte ...

Mais ce n'était que le robinet qui coulait et ma chatte qui avait plongé dans l'eau. "Ouf !!!".

Juliette

Retour aux titres

L’agité du bocal

Je suis dans mon bocal tranquille quand soudain j’entends un cri derrière la porte.

Je commence à paniquer, je vais me cacher dans les algues.

Je reste jusqu’à ce que j’oublie ce bruit.

Ensuite la porte s’ouvre, je prends peur à nouveau et encore une fois, une fille en noir s’approche de moi. Je reste sans pouvoir bouger.

C’est la fin. Le bocal va se renverser. Je ne vais plus pouvoir respirer, je vais mourir.

Soudain une grande main me saisit. Cette fois c’est sûr, je vais mourir.

Quelques secondes plus tard, je nage dans une eau toute limpide...

C’est la première fois que Nathalie a changé mon eau !

Léa

Retour aux titres

Le camping de l’épouvante

Je suis en vacances dans la forêt tropicale.

Il fait nuit noire et c’est la pleine Lune.

Mes parents me disent de déplier ma tente. Une fois celle-ci montée, je commence à m’endormir.

À minuit et trois minutes, je me réveille et, soudain, je vois des ombres au travers de la toile de tente...

Ce sont les ombres mouvantes d’un cobra, j’en suis sûr.

Mes parents dorment sûrement et je les connais, ils sont difficiles à réveiller.

Ça y est, c’est la fin. Personne ne peut me secourir. Je comprends pourquoi on dit que le camping sauvage est si dangereux.

J’en suis sûr c’est un cobra, un boa constrictor, que sais-je ?

J’ai les mains moites. Mes jambes flageolent.

L’estomac noué, j’ouvre la fermeture éclair et ... c'est maman qui me donne un traversin pour mettre sous ma tête !

Je préfère la vue d'un traversin à celle d’un boa constrictor...

Lorenzo

Retour aux titres

Méfions-nous des mercredis

Je suis dans ma chambre. Mon frère et ma sœur jouent en bas, mes parents ne sont pas là.

Soudain j’ai une idée : j’appelle mon petit frère et ma petite sœur : « Marie, Benoît, j’ai une idée, on va faire une surprise aux parents : on va mettre la table. »

Aussitôt les deux petits se précipitent. Ils trouvent mon idée super. « On va mettre la table dehors car il fait beau, s’exclame ma sœur. « Bonne idée » répond mon frère.

Nous prenons les couverts et nous allons dehors. Soudain une alarme se déclenche. J’ai peur, mon cœur bat à 100 à l’heure, je fais le tour du jardin et je vois sur un volet « alarme électronique ». Je cours dans la maison avec mon frère et ma sœur. Je ferme à clef. À présent je ne bouge plus. L’alarme continue, je tremble, un vent glacial traverse tout mon corps, j’ai l’estomac noué et mes jambes ne veulent pas arrêter de trembler.

J’imagine n’importe quoi : « Et si c’est un voleur, un kidnappeur ? C’est bon je suis morte. « Et si c’est des loups-garous ? » s’exclame mon frère. Mais moi, je n’y crois pas aux loups-garous.

Mais pas le temps de rigoler, je mets la télé à fond pour ne pas entendre de bruit. Manque de chance c’est l’heure du journal télévisé ou l’on annonce : « Un bandit a volé une banque à St Cyprien ». Et... c'est là que j’habite moi !

Enfin mes parents arrivent. Je suis encore terrorisée. J’explique tout en détail. Ils m’annoncent :

« On est le 3mars !

- Et alors ?

- Il était midi !

- Et alors ?

-Alors, tous les premiers mercredis du mois l’alarme des pompiers se déclenche et c’est elle que tu as entendue !

- Suis-je bête !

- Le panneau « alarme électronique » est là uniquement pour faire peur aux voleurs » rajoute encore maman.

Je m’effondre dans le canapé, enfin rassurée.

Marianne

Retour aux titres

Bain de minuit

Ce soir quand j'ai fini de manger, je vais me coucher avec ma sœur.

J'arrive dans ma chambre et je mets mon pyjama : "Ouf", ça y est je vais enfin dormir.

Je ferme les yeux, soudain j'entends un bruit d'eau. J'ai très peur je m'approche de ma sœur et je lui dis : "Alice, Alice j'ai peur". C'est là que ma sœur se réveille et me demande : " quoi ?" .

Puis la porte s'ouvre. Là j'ai encore plus peur, j'ai les jambes qui tremblent, mon cœur bat à 100 à l'heure. Je pense que c'est un voleur d'enfants, un tueur avec un poignard.

Alors nous regardons à travers le volet et nous voyons le voisin se baigner dans la piscine.

Nous sommes quand même un peu intriguées : mais alors pourquoi la porte s'est-elle ouverte toute seule ?

Tout de suite après j'ai les mains moites, je ressens un courant glacé. La "Vraie Peur".

Mais soudain je regarde à la porte : personne… c'est un peu bizarre.

Alors je vois le volet ouvert je comprends ...

La fenêtre ouverte a fait un courant d'air et a ouvert la porte !

Marion

Retour aux titres

Le bruit sinistre

Je suis tout seul dans mon lit. Il est 21 heures. Quand soudain, la sonnette retentit.

Je descends les escaliers et j'ouvre.

Une femme entre, avec une valise, une figure crispée et un drôle de sourire.

Je reste figé sur place. Mais je me fais une peur pour rien : c'est la baby-sitter qui va faire le repas pour mon petit frère Romain. Je lui propose de rentrer.

Encore un coup de sonnette. Cette fois c'est fichu ! Un homme surgit avec une radio et une petite bourse. Je suis sûr que c'est un tueur, un meurtrier.

Mais non ! C'est un adolescent qui me demande de l'argent. Je lui donne des pièces.

Il est parti quand soudain, un énorme bruit se fait entendre.

Je suis persuadé que la troisième guerre mondiale est sur le point d'éclater !

Et qu'est-ce que je vois, dehors ?

Les éboueurs qui vidaient les poubelles...

Mathis

Retour aux titres

La peur bleue

Je suis dans ma chambre en train de lire ma revue de presse. Je lis l'article sur les kidnappeurs d'enfant.

"Toc, toc, toc". C'est maman. Elle me dit qu'elle part avec papa à un mariage. Je vois

Mimi mon chat jouer avec chose. J'entends un bruit, c'est la fenêtre qui s'est cassée : "ccrac ". Je me ronge les ongles. Mon chat crache, ce qui est inhabituel.

Je m'approche du bruit. C'est maman. Elle me dit qu'elle a oublié les clefs de la maison et qu'elle a dû casser la fenêtre pour entrer.

Je lui demande pourquoi elle est revenue, elle me répond qu'elle a oublié les clefs de la voiture. Elle ne pouvait partir.

Quand je soulève Mimi, je vois les clefs dans son panier.

Océane

Retour aux titres

Dans l’avion

Je suis dans l’avion en train de regarder un film, quand soudain j’entends un « bip ». La télé s’éteint et j’entends le commandant dire. « Nous allons… »

L’avion se penche dangereusement en avant et fonce vers le sol en piqué à 350 km/heure.

J’ai une peur bleue, mes mains deviennent moites. La panique règne dans l’avion.

J’ai des sueurs froides.

À nouveau le commandant prend la parole « Nous allons… ».

J’entends un gros « boum » et le commandant dit « Nous avons atterri ».

Je me dis : « Ouf, j’ai eu chaud »

Je croyais qu’il y avait un crash alors que tout était normal.

Quentin

Retour aux titres

Vendredi 13, jour de malheur

Je vois sur mon réveil : 00 h 00.

Je regarde un film d'horreur : " Massacre à la tronçonneuse"

C'est horrible.

Je change de chaîne mais il n'y a rien d'autre.

Je ne vois plus rien. Je crois voir un esprit, je me cache sous mon lit et j'entends un bruit, puis je vois des pattes.

Je découvre un mot sur ma table de nuit. En fait ma mère avait écrit : "le chat est sous ton lit".

Ce n'était donc pas un esprit qui rôdait par là.

Sur le calendrier je lis : "vendredi 13 décembre".

Samuel

Retour aux titres

La serrure

Je suis installée devant la télévision.

Je suis une fois de plus toute seule. La nuit tombe.

Soudain j’entends des bruits de pas sur les graviers.

Tout-à-coup j’entends un clac ! dans la serrure. Je me rassure : ce n’est rien.

Un deuxième clac ! C’est sûrement un voleur qui cherche à voler les bijoux de ma mère ou notre écran plat ! Ou, pire un alcoolique ou un évadé de prison qui cherche à m’enlever ! Je préfère fermer les yeux.

C’est alors que j’entends : « Bonsoir, alors Marie comment s'est passée ta journée ?

J’espère que je ne t’ai pas fait trop peur, la serrure était bloquée ! »

C’était mon père qui rentrait du travail.

Sixtine

Retour aux titres

Un cri terrifiant

Je suis dans mon lit, je commence à peine à m'endormir lorsque soudain, je vois une ombre.

On dirait une tête avec un petit corps qui gigote.

Je sens mes bras et mes jambes trembler, mon cœur bat si fort qu'on dirait qu'il veut sortir de ma poitrine et mes dents claquent.

Et là, je ne peux pas me retenir de pousser un cri d'effroi : j'ai entendu un cri, et après un gros Boum !!!

À présent je suis totalement pétrifiée.

En quelques minutes, je réussis à me calmer. Je sors de mon lit et j'ouvre ma porte et… là !, là !...

Je vois mon chat, la tête contre le mur. Il a voulu attraper une souris, mais celle-ci est entrée dans un petit trou du mur...

Dire que j'ai cru qu'il s'agissait d'un affreux vampire !!!

Sonia

Retour aux titres

Le garage de l’horreur

Je rentrais de vacances mais j’avais un problème de moteur. Ma maison n’était qu’à deux kilomètres. Malheureusement on était un lundi de Pâques et tout était fermé.

n chauffard derrière moi venait de me rentrer dedans. J’ai klaxonné comme un homme ivre puis la police m’a arrêté et emmené au poste pour m’enlever des points de conduite.

J’ai enragé et expliqué qu’on m’avait embouti.

Malheureusement on ne réplique pas aux policiers. C’est la police qui nous dit quelque chose, et pas l’inverse ... Rrrrr ! Je n’aime pas les policiers ! Personne ne les aime, sauf ...les policiers !

Bon reprenons notre histoire (cette fois il n’y a plus d’embrouilles) : je vais donc au garage et je m’endors d'un coup après toutes ces aventures.

Le bruit de moteur me réveille. Le garagiste me dit que je gêne et me fait stationner sur une plaque.

Je me lève, ouvre la portière de la voiture et je vois que je suis dans les airs !

Je prends peur, j’ai des hauts-de-cœur.

Je sens que je meurs.

Finalement je hurle !!!

Interloqué le garagiste me répond :

« Ne craignez rien, vous êtes sur une plaque élévatrice ! ».

Théophile

Retour aux titres

Le fantôme du TGV

Je suis dans le TGV, tranquillement assis sur mon siège.

Tout à coup toutes les lumières du TGV s'éteignent et tout s'arrête brusquement.

Il y a des étincelles sur les lignes. Tout est sombre sauf la Lune qui éclaire faiblement les lignes. La panique règne à bord.

Je suis paralysé. Des grosses masses sombres s'approchent de moi. On dirait des fantômes qui font : "hou, hou"

J'ai l'estomac noué. Un frisson glacial me traverse le corps, je ne peux me confier à personne car j'allais voir ma grand-mère tout seul.

Une grande panique s'empare de moi quand soudain une voix annonce :

"Désolé pour cette interruption, nous allons réinstaller le système."

Dès que la lumière se rallume, je souris : les grands fantômes noirs n'étaient que des chênes le long du quai !

Timothée

Retour aux titres

La forêt bruyante

Je suis dans un taxi pour aller à Caen.

Je suis tranquillement assis sur mon siège.

Et tout à coup la voiture se met à secouer beaucoup.

J’ai très peur et je me dis que le conducteur s'est endormi.

Deux minutes après, j’entends le réservoir d’essence qui se vide et qui fait Prou ! Vrou !

Vrou ! Vrou ! Je crains que ce ne soit une panne d’essence, j’ai une énorme peur de m’arrêter en pleine forêt.

Je crie dans le taxi. Le chauffeur me regarde avec une tête très bizarre et il continue de conduire normalement. Au moins cela me prouve qu’il ne dort pas !

Je l’interroge pour savoir qui a fait tout ce bruit. Il me répond que la voiture a été secouée parce qu'on était sur une route forestière et qu’on a écrasé une branche.

Quant au bruit, il s’agissait d’un bûcheron qui coupait un arbre.

Qu’est-ce-que je suis trouillard !!!

Valentin

Retour aux titres

Peur pour rien

C’est un matin, je fais mes devoirs. Mon petit frère regarde la télé et ma mère fait le déjeuner.

Mon père rentre. Ses vêtements sont déchirés. Il s’est encore battu. La police arrive avec le père de Saïd. Ils interrogent mon père à la maison puis l’emmènent. Je dis « Je parie qu’il vont le tuer »

Alors toute la famille commence à pleurer. Tout à coup on sonne.

C’est papa. Il nous explique que c'est le père de Saïd qui a été accusé.

Tout le monde est ravi. Même mes copains.

Sauf Saïd !

Wahid

Retour aux titres

La peur idiote

C’est la nuit je vais me coucher. Je règle mon réveil sur 7h. J’essaye de m’endormir, je n’y arrive pas j’entends un cri et j’entends des gouttes. Mais des gouttes de quoi ? Des gouttes de sang peut-être !?

Et je commence à paniquer, puis le bouquet final, je perçois un bruit étrange dans la cuisine.

Je me lève de mon lit, ça y est je suis rassuré : la télé était allumée.

Voilà d’où venait le cri, mais les gouttes de sang d’où provenaient-elles ?

C’est le robinet qui fuyait et le bruit étrange dans la cuisine était en fait les Miel-pops qui étaient tombés.

C’est vraiment une peur idiote !

J’ai enfin réussi à dormir. Mais ma peur, elle, a duré toute la nuit.

Et j’ai tellement transpiré de la tête que mon oreiller était trempé (c’est une éponge).

Yahnis

Retour aux titres

L’homme à la hache

Je rentre de l’école. Je vais à la maison.

Je descends dans la cave, je vais dans le frigo et j’attrape une limonade.

Je monte dans ma chambre pour faire mes devoirs. Je regarde ma montre. Une heure est passée.

Maintenant c’est le soir. J’entends un cri.

On dirait quelqu’un qui est en train de mourir. Je regarde dehors, je vois quelqu’un avec une hache qui coupe une sorte de sac dans mon jardin, mais je ne vois pas très bien, j’ai peur mes jambes flageolent. Je me cache dans la grosse boîte qu’il y a sous mon lit.

Puis je m’endors dans la grosse boîte pendant 30 minutes en attendant ma mère, qui doit revenir de son travail. Enfin elle rentre. Je lui demande si elle savait qu’il y avait quelqu’un avec une hache dans le jardin cette nuit. Puis elle me demande vers quelle heure j’ai vu cette personne avec une hache. Je lui réponds à 20 heures.

Elle rigole en me disant que c’était le bûcheron qui est venu couper le reste du tronc d’arbre. Puis pour me consoler elle me donne des bonbons et le lendemain elle m’emmène au cinéma voir « Quantum of salace ».

Depuis ce jour je n’ai plus eu peur de quoi que ce soit.

Yann

Retour aux titres



Ecole David-Régnier--Paul-Fort - 1 et 3 rue Fabre - 91370 Verrières-le-Buisson - tel. 01 64 48 54 36
0910390e@ac-versailles.fr